Le Samsung Galaxy Note 7 aurait un scanner d’iris :

Le prochain Galaxy Note pourrait bien intégrer un scanner d’iris. Une première chez Samsung, du côté des smartphones au moins.

L’écart s’est considérablement réduit entre les gammes S et Note à l’arrivée du Galaxy S6 Edge+ et le Galaxy S7 Edge n’a fait qu’enfoncer le clou avec son écran de 5,5 pouces. L’un des principaux arguments de vente des Note, la taille, s’est évanouï. Evidemment, il reste toujours le stylet mais, compte tenu de l’écart de prix habituel, pas sûr que cela suffise à convaincre les acheteurs. Il faudrait donc de nouveaux arguments et Samsung en aurait au moins trouvé un : le scanner d’iris.

Voilà déjà plusieurs mois que les rumeurs annoncent qu’un tel composant serait intégré au prochain Galaxy Note, à savoir le Galaxy Note 7 et non 6, et le lancement de la Galaxy Tab frissonnait presque comme une confirmation mais nous en avons désormais une vraie. Non, elle ne vient pas de Samsung mais d’une autre firme Coréenne. Elle s’appelle Patron et produit des modules photo, dont celui qui ferait office de scanner d’iris sur la nouvelle phablette haut de gamme du Coréen.

La commande aurait été passée il y a plusieurs mois déjà mais l’information vient seulement de filtrer. La source ajoute que Patron serait même le seul fournisseur pour ce composant et que nous devrions le retrouver à côté de la webcam au-dessus de l’écran. Nous sommes curieux de savoir s’il remplacera le lecteur d’empreinte ou s’il sera conservé. Ce qui est sûr, c’est qu’il offre une meilleure protection. Reste à espérer que l’utilisation est aussi simple.

Dans tous les cas, ce sera sans doute une addition intéressante aux yeux des professionnels qui travaillent dans la confidentialité. Samsung ferait donc d’une pierre deux coups en différenciant les Note des S tout en réaffirmant le positionnement professionnel un peu perdu au fil des années pour les premiers malgré les fonctions liées au stylet, même si le reste de l’équipement rappellera sans doute beaucoup les Galaxy S7.

Apple et Microsoft battus à plate couture par Google et ses Chromebook sur le domaine du scolaire :

Les ventes d’Apple en milieu scolaire aux États-Unis continuent de reculer alors que les Chromebooks et Chrome OS confirment à l’inverse leur popularité. Ne sont prises en compte que les ventes de portables et de tablettes, pas celles des ordinateurs de bureau.

Durant le premier trimestre 2016, sur les 2 millions d’unités vendues, Chrome OS s’est accaparé 51 % du lot. Cela en fait le système le plus populaire dans ce secteur. Les portables Windows suivent avec 25 %, puis iOS avec 17 %, Mac OS X avec 4 % et les tablettes Android ferment le ban avec 2 %.

Parmi ces plate-formes, il n’y a que celles d’Apple qui ont connu une baisse comparé à 2015, constate l’étude. Celle-ci précise néanmoins que l’on entre dans la période de l’année où se font majoritairement les achats et où les fabricants vont se disputer les bonnes places. On devrait assister à une bataille entre des portables Windows qui n’ont cessé de baisser en prix pour mieux se positionner et les Chromebooks.

Cet attrait pour les Chromebooks reste une particularité américaine, 90 % des ventes sont faites dans ce pays. Au plan international, Windows demeure le principal OS dans les écoles avec 46 % de part de marché sur ce trimestre tandis que Chrome OS continue sa lente ascension avec 24 %. iOS est à 14 % et Mac OS X à 4 %.

Chaque marque y est allé de sa solution ces derniers temps pour se rendre plus attractif auprès de ce public. iOS s’est doté d’une fonction multi-utilisateurs pour les écoles et Apple a acheté LearnSprout ( logiciel proposant des outils permettant d’analyser les notes et les moyennes dans un établissement scolaire ) ; Chrome OS saura gérer à l’automne les apps Android et pourra les exécuter hors-ligne ; Microsoft a lancé un Office 365 adapté à un usage en classe.

Dans le cas d’Apple, la concurrence provient de portables à claviers physiques qui coûtent quelques centaines de dollars à peine. Et puis les Chromebooks ne riment plus uniquement avec Asus, Acer, Toshiba ou Samsung.

Toutes les grandes marques se sont mises à Chrome OS – Dell, HP, Lenovo — ce qui participe à relever le niveau qualitatif des matériels et à les diversifier. Il devrait y avoir un peu plus de modèles dans les mois à venir alors que c’était une spécialité du monde Windows.

En face, les iPad n’ont pas de clavier physique et les portables et Mac peuvent être onéreux selon les enveloppes budgétaires accordées. Apple n’est pas hors-jeu mais il lui faut défendre sa spécificité en essayant de faire abstraction du seul critère tarifaire. Lorsque le budget est serré, le choix d’un iPad ou d’un MacBook Air n’a rien d’automatique.

Tim Cook qualifiait en décembre dernier les ordinateurs Google de machines surtout bonnes à passer des examens sous entendu, à faibles capacités créatives et peu douées pour emmener les élèves beaucoup plus loin. Il y a certainement une part de vrai dans cette description mais ce qu’offrent ces Chromebooks ainsi que leurs outils d’administration semblent convenir à de plus de plus de responsables. La compatibilité avec les apps Android, au premier rang desquelles on retrouvera Office, sera un nouvel obstacle pour les concurrents.

Projet Google Ara : le smartphone sur mesure :

Ara, le prototype de téléphone en kit de Google, a bien avancé depuis le début de son développement.On finissait pas se demander s’il était mort et enterré. La firme de Moutain View annonce qu’il devrait être commercialisé en 2017.

Le téléphone en kit de Google est en train de se concrétiser. Après trois longue années de développement et plusieurs échecs, le projet Ara ne semble plus être un rêve fou et devrait être commercialisé l’année prochaine.

Ara est un smartphone ultra personnalisable. L’utilisateur peut en effet améliorer les performances du téléphone en y ajoutant des blocs interchangeables à clipser sur l’objet. Ainsi, il est possible d’en améliorer l’autonomie avec une batterie supplémentaire, ou d’une meilleure capacité, d’augmenter la qualité du son ou de la prise de vue en intégrant des haut-parleurs ou une meilleure lentille.

Autrement dit, le principe d’Ara ressemble à celui des legos qu’il faut assembler pour construire un objet. Avec cette innovation, le centre de recherches avancées de la firme de Moutain View (ATAP) devrait modifier en profondeur le secteur du smartphone.

google-marseille-sserenity-actualité-smartphone-ara-informatique Projet ARA.

Le smartphone est évidemment conçu pour fonctionner avec l’intelligence artificielle développée par le géant de la tech. Lors de la Google I/O, Rafa Camargo, le directeur du projet Ara, a réalisé une démonstration très applaudie. Au cours de celle-ci, il a tout simplement demandé à l’IA ( Intelligence Artificiel ) d’éjecter l’appareil photo, avec succès.

Ara met à disposition six emplacements dans lesquels il est possible d’ajouter un module. En plus d’améliorer les performances du téléphone, Google a également pour objectif de permettre aux utilisateurs de ne pas changer de smartphone dès qu’un élément ne fonctionne plus correctement. L’élément défectueux peut désormais être facilement remplacé. La firme de Moutain View pense pouvoir allonger la durée de vie des appareils de six ans supplémentaires.

L’amélioration de l’autonomie, du son, de l’image et de la mémoire n’est pas le seul axe vers lequel se tourne Google. Divers services peuvent être ajoutés, en fonction des besoins des utilisateurs. En effet, pour les personnes diabétiques par exemple, Google ATAP envisage la possibilité d’intégrer un capteur de glucose pour surveiller la glycémie.

L’équipe derrière Ara est convaincue que plusieurs entreprises tierces pourront fabriquer des modules supplémentaires comme un porte-clé sans fil pour la voiture, une bombe lacrymogène au poivre ou encore un éthylotest.

Mais le projet n’est plus aussi ambitieux que prévu. Ara a de quoi provoquer l’émerveillement. Pourtant, le projet n’est pas aussi poussé qu’il devait l’être à la base. Google ATAP a effectivement revu ses ambitions initiales à la baisse. À la base, absolument tous les composants devait être modifiables. Cela aurait permis aux férus d’informatique de choisir chaque élément, même au cœur du smartphone.

« Pendant nos recherches, nous nous sommes rendus compte que la majorité des utilisateurs ne sont pas intéressés par la possibilité de modifier les fonctions de base. Ils veulent simplement qu’elles marchent correctement », explique Rafa Camargo. Il n’est donc pas possible de changer des pièces centrales, comme le processeur.

Ara reste tout de même hautement personnalisable. Tellement personnalisable qu’il est même possible de ne pas s’en servir comme d’un téléphone. Rafa Camargo affirme ainsi que dans son laboratoire, certaines configurations d’Ara n’ont plus rien à voir avec un téléphone et ne permettent même pas de passer un coup de fil.

Libre à vous d’imaginer ce que vous ferez avec votre appareil Ara dès l’année prochaine.

Sony se lance a son tour dans les lunettes connectées

Sony vient de dévoiler le SmartEyeGlass Attach (qui sera plus longuement présenté lors du CES de janvier 2015), un accessoire permettant de transformer n’importe quelle paire de lunettes en modèle connecté.

Le fait l’enthousiasme semble quelque peu retombé autour des Google Glass n’empêche pas d’autres marques de s’intéresser aux lunettes connectées. Sony a choisi une stratégie radicalement différente de la plupart des entreprises qui travaillent sur leurs propres lunettes.

Avec le SmartEyeGlass Attach, le géant japonais ne compte pas proposer une paire de lunettes à proprement parler, mais un accessoire qui se fixe à vos lunettes habituelles pour les rendre connectées. Il est ainsi possible de bénéficier d’un écran OLED, de différents capteurs et de connectiques Wi-Fi et Bluetooth sans avoir à changer sa monture. Sony estime le poids de l’ensemble à 40 grammes.

L’entreprise envisage de commercialiser l’accessoire dès 2015. Le CES de Las Vegas, qui se tiendra début janvier, sera l’occasion de découvrir cet appareil plus en détail et de vous en dire un peu plus au cours d’un prochain article.

Le Chromecast s’équipe enfin d’un mode invité

Chromecast propose maintenant la présence d’un mode invité, qui autorise des personnes se trouvant dans la même pièce à se connecter à votre Chromecast. Vos invités peuvent accéder à l’appareil, même si ils ne sont pas connectées sur le même réseau Wi-Fi. Jusqu’à présent, pour qu’une seconde personne puisse utiliser le Chromecast, elle devait impérativement se connecter sur le même réseau Wi-Fi. Maintenant, un code PIN est envoyé au deuxième utilisateur, qui n’a qu’à le saisir pour se connecter à son tour à l’appareil.

Pour activer la fonctionnalité, il suffit de se rendre sur votre appareil, dans les paramètres de l’application Chromecast, et d’autoriser les invités. Ce mode invité est arrivé avec la mise à jour en date du 10 décembre, et qui porte le numéro de version 1.8.22. Google avait d’ailleurs annoncé cette fonctionnalité lors de la Google I/O.

Google vous propose un outil pour voir tous les appareils reliés à votre compte !

Google a lancé son nouveau service en ligne de sécurité : par un procédé très rapide et simple vous pourrez maintenant voir tous les appareils connectés à votre compte Google et, en cas d’utilisation litigieuse de votre compte, vous pourrez interdire l’accès d’un seul clic !

Vous pouvez donc voir quels appareils sont reliés à votre compte, à quel moment et à quel endroit (pour les téléphones Androïd, Google vous permets de localiser l’appareil). Vous avez donc un outil complet pour gérer et sécuriser votre compte Google, et ce, d’une manière très simple car en cas d’appareils inconnus vous pourrez supprimer l’accès à votre compte depuis ce nouvel outil.

Cet outil est un réel atout pour les particuliers mais aussi, et surtout, pour les entreprises. Car pour certaines d’entre elles, il est difficile et long de gérer la liste interminable des appareils connectés et pour des raisons de sécurité le service lancé par Google sera d’une grande utilité, plus rapide et plus sécurisé.

À partir de cet outil vous pourrez aussi sécuriser votre compte en lui-même en modifiant votre mot de passe, en vous permettant de vérifier vos informations de récupération, permettant aussi de désactiver l’accès aux applications moins sécurisées et pour finir et vérifier les autorisations de votre compte.

Voici le lien vers cet outil (vous devez être connecté à votre compte pour y accéder) : https://security.google.com/settings/security/activity

Nokia N1, la nouvelle tablette de Nokia

La partie de la firme finlandaise qui n’est pas passée sous le contrôle de Microsoft (qui a racheté la branche hardware de Nokia) a en effet dévoilé la N1.

Nokia nous propose un appareil mobile totalement compatible avec les outils de Google, au premier rang desquels la boutique Google Play. Le fabricant nous propose une tablette utilisant la dernière version d’Android, à savoir la 5.0 Lollipop. Elle est en revanche affublée d’une surcouche Nokia Z Launcher (dont on peut d’ailleurs télécharger une version allégée depuis Google Play).

Côté caractéristiques, la N1 propose un écran de 7,9″ (20,1 cm) au ratio 4:3 pour une définition de 2048 x 1536 px, un chipset quadri-cœur 64-bit Intel Atom Z3580 (2,3 GHz), 2 Go de RAM, une puce graphique PowerVR G6430, un capteur photo dorsal de 8 Mpx et un frontal de 5 Mpx, une batterie de 5 300 mAh, un port micro-USB de type C (réversible) et 32 Go de mémoire interne (non extensible par contre) et le tout sera logé dans une coque en aluminium. La N1 est annoncée à 249 $.

Une date de sortie dans nos contrées n’a pas encore était communiquée, espérons que celle-ci ne saurait trop tarder.

nokia-n1-maintenance-entretien-depannage-assistance-formation-conseil-marseille-domicile

nokia-n1-maintenance-entretien-depannage-assistance-formation-conseil-marseille-domicile

Jour J pour la Nexus 9

Lancée officiellement aujourd’hui la tablette Nexus 9 se veut un concentré de haut de gamme version Google.

La Nexus 9 se dote d’un écran au format 4:3 de 8,9 pouces à dalle IPS et très haute définition de 2048 x 1536 px (semblable aux iPad d’Apple) adossé à la version 64 bits de la nouvelle puce de Nvidia, la Tegra K1, cadencée ici à 2,3 GHz.

Une mémoire vive de 2 Go accompagne la puce, ainsi qu’une capacité de stockage déclinée en 16 ou 32 Go. En revanche on ne trouve pas de slot microSD pour étendre la capacité. On trouve également 2 capteurs photo-vidéo, l’un de 8 Mpx à l’arrière avec flash Led, l’autre de 1,6 Mpx à l’avant. Tout ce beau monde est alimenté par une batterie de 6700 mAh de capacité.

google-nexus9-entretien-conseils-vente-depannage-maintenance-reseau-marseille-domicile

HTC a tenté de concevoir une tablette la plus compacte possible au regard de son format et propose une épaisseur de 7,85 mm pour un poids de 425 grammes.

Côté connecteurs, un port micro USB sert pour la recharge et le transfert de données et on retrouve l’indispensable prise Jack pour brancher un casque. La connectivité sans fil est assurée par du Wi-Fi a/b/g/n/ac MIMO, du Bluetooth 4.0, un GPS et une puce NFC.

Cette tablette sera l’occasion pour les utilisateurs de découvrir Android 5.0 Lollipop (ou « L »). Cette version d’Android introduit un nouveau design plat et plusieurs nouveautés ergonomiques, que ce soit dans la gestion des sessions utilisateurs, des raccourcis ou des notifications.

google-nexus9-entretien-conseils-vente-depannage-maintenance-reseau-marseille-domicile

La tablette Google Nexus 9 par HTC est commercialisée a partir de 399 € pour la version 16 Go (489 € pour la 32 Go et enfin 569 € pour le modèle 4G LTE).

HTC a également prévu deux accessoires : un étui avec clavier physique  intégré à 129 € et une couverture magnétique à 39 €, en différents coloris.

google-nexus9-entretien-conseils-vente-depannage-maintenance-reseau-marseille-domicile

google-nexus9-entretien-conseils-vente-depannage-maintenance-reseau-marseille-domicile

Google annonce son Nexus Player

En marge de l’annonce des Nexus 6 et 9 Google a annoncé son Nexus Player.

Le Nexus Player sera donc le premier boîtier à utiliser la plate-forme Android TV qui nous a été annoncée dans le courant de l’été. Conçu par Asus et Google, le Nexus Player se branche à votre téléviseur et vous propose entre autre de diffuser de la musique en streaming, de visionner des films ou des programmes TV, de jouer à des jeux Android… En résumé, le Nexus Player profite de la technologie Google Cast pour envoyer sur votre TV le contenu des apps compatibles depuis un téléphone (ou une tablette) Android/iOS ou encore un Chromebook.

Nexus Player sera animé par un processeur Intel Atom quadri-coeurs à 1.8 GHz. Côté connectivité, le boîtier est pourvu de Wi-Fi i802.11ac et de Bluetooth 4.1 ainsi qu’un connecteur HDMI. Le Nexus Player sera livré avec une télécommande proposant un fonctionnement vocal, tandis que les joueurs pourront assouvir leur passion au moyen du gamepad optionnel.

Google annonce que les précommandes pour le Nexus Player démarreront le 17 octobre avec une commercialisation autour du 3 novembre pour le marché américain. Aucun prix ni aucune date de disponibilité n’ont pour le moment étaient annoncés. A suivre donc.

nexus-player-entretien-marseille-sauvegarde-conseil-depannage-installation-domicile

nexus-player-entretien-marseille-sauvegarde-conseil-depannage-installation-domicile

nexus-player-entretien-marseille-sauvegarde-conseil-depannage-installation-domicile

Les 2 premières photos presse du Nexus 6

A quelques heures de la très probable présentation  du Nexus 6 et de la Nexus 9, 2 premières photo « presse » sont apparus sur le web.

Un article paru dans Forbes laisse entendre que Google ne devrait pas tenir de conférence de presse ou d’évènement spectaculaire, mais simplement dévoiler les deux appareils dans un billet de blog à paraître dans la journée du 15 octobre.

Si le journaliste ne donne aucun détail sur le Nexus 6, il nous livre beaucoup plus d’informations concernant la Nexus 9. Toujours selon cet article, elle sera mise précommande sur le Play Store dès le 17 octobre prochain pour une commercialisation effective prévue pour le 3 novembre prochain. La Nexus 9 tournera bien sous Androïd L. Deux versions seront disponibles : l’une disposant de 16 Go de mémoire interne (à 399 dollars selon l’article) et l’autre disposant de 32 Go de mémoire interne et d’une connectivité LTE au tarif de 499 dollars. Les deux versions de la tablette seront dotées d’un port carte SD pour étendre la mémoire.

L’article abonde dans le sens des rumeurs de ces derniers mois. La Nexus 9 sera bien une tablette conçue par HTC, dotée d’une diagonale de 8,9 pouces avec une définition de 2048 × 1440,  elle affichera 480 grammes sur la balance et embarquear un processeur 64 bits dual core de Nvidia (le Tegra K1). Enfin, concernant la coque, celle-ci ne sera pas entièrement en métal :  seul le contour de la tablette sera en métal, le reste de la coque devrait être en plastique.

nexus6-nexus9-android-marseille-installation-vente-depannage-entretien-conseil-formation

Page 1 of 2