iPhone 7 Pro : les capacités mémoire et les prix de la gamme entière :

Vous n’aviez tout de même pas oublié l’iPhone 7 Pro, à côté des futurs iPhone 7 et 7 Plus ? Cela tombe bien, il refait une apparition dans une information diffusée sur le réseau social Weibo sur la grille tarifaire et la capacité des prochains modèles.
Le groupe Apple doit dévoiler cet automne les iPhone 7 et 7 Plus mais diverses rumeurs ont déjà évoqué un modèle spécial baptisé iPhone 7 Pro. au fil des informations parues ces dernières semaines, cette variante s’est faite plus discrète.

Elle refait une apparition sur le réseau social chinois Weibo dans une liste censée dévoiler les prix des différentes versions des iPhone en fonction de leur capacité.

L’iPhone 7 serait proposé en trois capacités : 32 / 64 / 256 Go (contre 16 / 64 / 128 Go pour l’iPhone 6S actuel), tandis que l’iPhone 7 Plus et l’iPhone 7 Pro seraient quant à eux proposés avec des capacités de 32 / 128 / 256 Go.

Les propriétés de l’iPhone 7 Pro restent assez flous mais il pourrait être la version du nouvel iPhone doté d’un double capteur photo à l’arrière. Un Smart Connector a également été vu sur plusieurs clichés et croquis supposés, sans parvenir vraiment à convaincre.

Du côté des prix, la grille diffusée sur Weibo indique que l’iPhone 7 démarrera à 5288 yuans, soit 710 €, pour aller jusqu’à 7088 yuans (950 €), tandis que l’iPhone 7 Plus débutera à 6088 yuans (816 €) pour grimper à 7888 yuans (1057 €).

Enfin, l’iPhone 7 Pro, s’il existe, serait proposé à 7088 yuans (950 €) en version 64 Go, à 7888 yuans (1057 €) en version 128 Go et enfin à 8888 yuans (1192 €) pour la version 256 Go.

 

iPhone 7, beaucoup de bruit pour pas grand-chose :

Apple va dévoiler en septembre prochain sa nouvelle génération de smartphone. Ce soit disant iPhone 7 est la cible d’un impressionnant « raz de marée » de spéculations cependant il semble qu’au final, il n’y aura pas grand-chose de nouveau.

Depuis quelques semaines, des sources familières autour des plans d’Apple évoquent que l’iPhone 7 ne proposera pas de révolution mais seulement de petits changements face à son ainé, l’iPhone 6s.

Un nouveau rapport va dans la même direction. Il faut même s’attendre à une mise à jour mineure.

Il est expliqué qu’Apple n’envisage pas de transformer son smartphone. La firme vise uniquement des mises à jour mineures avec le lancement de l’iPhone 7. Le smartphone devrait proposer des dimensions identiques à celles de l’iPhone 6s avec une gamme composée de deux versions où un écran de 4,7 et 5,5 pouces serait présent.

Un trait semble tiré sur une version Pro, dont nous parlions dans cette actualité, iPhone 7, 7 Plus et iPhone 7 Pro, la production serait lancée ?

Il y aurait tout de même quelques changements avec une suppression de la prise audio au profit d’une exploitation de la prise Lightning au travers d’un adaptateur. Cette disparation de la prise audio permettrait au géant de revoir à la baisse l’épaisseur de son smartphone. Certains espèrent qu’Apple profitera de l’occasion pour rendre son engin plus résistant à l’eau et à la poussière.

A part cela, rien de bien nouveau. Le rapport mentionne que ce retrait du connecteur audio (qui risque dans un premier temps d’être qu’une contrainte pour les fans d’Apple)  serait le plus grand changement prévu avec l’iPhone 7. Il n’y a aucune mention sur la possibilité d’une double caméra sur le modèle Plus.

Si ce rapport est exact, cela va-t-il suffire pour croire le PDG d’Apple, Tim Cook ? L’homme a annoncé en mai dernier « les Prochains iPhone, impossible de vivre sans » ?

Apple : iOS 10 se dévoile en 10 nouveautés :

Apple a profité de sa conférence WWDC 2016 pour dévoiler iOS 10, la prochaine version de son système d’exploitation destiné à son iPhone. Et il l’a fait en 10 nouveautés majeures.

Apple s’est décidé à modifier un peu le design et l’ergonomie de son écran de verrouillage qui peut désormais s’allumer simplement en levant le smartphone. Les notifications s’enrichissent également et 3D Touch permet par exemple d’obtenir plus de détails sur une notification, et de répondre directement depuis l’écran de verrouillage à un message.

Siri, l’équivalent de Google Now sous Android, est certainement le point d’orgue de cette présentation puisque Apple annonce l’ouverture de son assistant personnel aux développeurs tiers. Cela signifie qu’il sera possible d’utiliser Siri à l’intérieur d’autres applications à l’avenir. La firme de Cupertino a d’ores et déjà annoncé la compatibilité de Slack, WhatsApp, WeChat, Runkeeper, MapMyRun, Skype, Runtastic, ou encore Uber.

Quicktype, c’est une fonction de deep learning basée sur Siri qui va permettre de rendre le clavier de l’iPhone plus intelligent. Comme le montre Apple en exemple, si quelqu’un vous demande votre localisation par SMS, l’iPhone sera en mesure de vous proposer directement de tapoter sur « localisation actuelle » pour envoyer une map à votre correspondant. Pratique.

Cette nouveauté n’est toutefois pas sans nous rappeler l’évolution de Google Now évoquée lors de la Google I/0 2016, avec un assistant vocal soucieux de montrer comme il apprend de son propriétaire.

Même combat chez Photos, qui se développe à peu près au même rythme que Google Photos du côté d’Android. Apple promet une amélioration de l’intelligence de l’application, qui va intégrer la reconnaissance des visages, des objets, des animaux, ou des lieux. L’application créée des albums en fonction d’évènements, et mise beaucoup sur la présentation et l’ergonomie dans l’app (chose que Google a bien du mal à faire).

Apple s’est aussi attardé sur une fonctionnalité de création automatique de courtes vidéos, qui n’est pas sans nous rappeler le très bon Adobe Premiere Clip. Comme sur cette application, la fonction automatisée créé automatiquement une courte vidéo en sélectionnant les séquences jugées importantes, et adapte le rythme en fonction de la musique. Amusant.

De gros changements sont aussi annoncés du côté de l’application Plans, qui va bénéficier de nouvelles fonctionnalités proactives pour faciliter la vie de l’utilisateur en lui proposant certaines actions selon l’heure et le lieu. Il va être possible de réserver un restaurant depuis Maps par exemple, mais aussi d’y commander le Uber qui vous y emmènera. À noter que l’interface a été retravaillée, et propose plus d’informations ainsi que le trafic du trajet.

Apple Music, qui a réussi à convaincre 15 millions d’utilisateurs payants, a droit à une petite refonte de l’interface un an après son lancement. De quoi la rendre plus pratique et plus jolie, mais sans la changer radicalement. On note que les paroles des chansons seront désormais disponibles lors de l’écoute.

Apple a présenté l’application Home, basée sur HomeKit, qui permet de gérer plus facilement vos appareils connectés depuis votre iPhone.

L’application téléphone intègre deux nouvelles fonctionnalités particulièrement intéressantes. La première, c’est la transcription écrite des messages vocaux, ce qui vous permettra de les lire discrètement en réunion par exemple. La seconde, c’est l’intégration de WhatsApp à iOS avec une icône dédiée dans les fiches contacts et la possibilité de passer un appel VOIP depuis ces dernières.

On aura bien du mal à faire un topo complet sur Apple News, puisque l’application n’existe pas en France, mais Apple promet là aussi une refonte du design, comme pour Apple Music. L’app délivrera aussi des notifications « breaking news ».

Avec la prochaine application message, il sera possible d’envoyer des « liens riches ». Des liens YouTube, Apple Music ou Safari envoyés ou reçus sur Messages pourront être visionnés sans avoir à quitter l’application.

Apple veut aussi faire de la « prédiction d’emojis » et lorsque vous taperez sur certains mots dans un message en cours de rédaction, ils seront transformés en emojis (waouh !). Et des emojis trois fois plus gros en plus. En fait ce que veut Apple, c’est que Messages soit plus fun, un peu comme Snapchat ou Facebook Messenger. On imagine qu’il ne faudra pas longtemps pour qu’il soit possible d’envoyer des GIF, des autocollants…

Pour cela, cette application messages s’ouvre également aux développeurs tiers. Reste à voir ce qu’ils en feront pour y intégrer de nouvelles fonctionnalités. Apple a déjà montré un aperçu de son App store dédié aux iMessages où il sera possible de lancer des mini applications qui proposeront l’envoi de stickers, par exemple, voir même de passer des commandes et d’envoyer de l’argent, à la WeChat.

Avec iOS 10, Apple espère sûrement faire de l’ombre à Google avec l’arrivée d’Android N prévue pour cet automne.

Apple prépare une refonte majeure de son App Store :

La firme veut désormais privilégier la tarification par abonnement plutôt que par paiement unique. Ce sera plus avantageux pour les développeurs, mais pas forcément pour les utilisateurs.

Apple et Microsoft battus à plate couture par Google et ses Chromebook sur le domaine du scolaire :

Les ventes d’Apple en milieu scolaire aux États-Unis continuent de reculer alors que les Chromebooks et Chrome OS confirment à l’inverse leur popularité. Ne sont prises en compte que les ventes de portables et de tablettes, pas celles des ordinateurs de bureau.

Durant le premier trimestre 2016, sur les 2 millions d’unités vendues, Chrome OS s’est accaparé 51 % du lot. Cela en fait le système le plus populaire dans ce secteur. Les portables Windows suivent avec 25 %, puis iOS avec 17 %, Mac OS X avec 4 % et les tablettes Android ferment le ban avec 2 %.

Parmi ces plate-formes, il n’y a que celles d’Apple qui ont connu une baisse comparé à 2015, constate l’étude. Celle-ci précise néanmoins que l’on entre dans la période de l’année où se font majoritairement les achats et où les fabricants vont se disputer les bonnes places. On devrait assister à une bataille entre des portables Windows qui n’ont cessé de baisser en prix pour mieux se positionner et les Chromebooks.

Cet attrait pour les Chromebooks reste une particularité américaine, 90 % des ventes sont faites dans ce pays. Au plan international, Windows demeure le principal OS dans les écoles avec 46 % de part de marché sur ce trimestre tandis que Chrome OS continue sa lente ascension avec 24 %. iOS est à 14 % et Mac OS X à 4 %.

Chaque marque y est allé de sa solution ces derniers temps pour se rendre plus attractif auprès de ce public. iOS s’est doté d’une fonction multi-utilisateurs pour les écoles et Apple a acheté LearnSprout ( logiciel proposant des outils permettant d’analyser les notes et les moyennes dans un établissement scolaire ) ; Chrome OS saura gérer à l’automne les apps Android et pourra les exécuter hors-ligne ; Microsoft a lancé un Office 365 adapté à un usage en classe.

Dans le cas d’Apple, la concurrence provient de portables à claviers physiques qui coûtent quelques centaines de dollars à peine. Et puis les Chromebooks ne riment plus uniquement avec Asus, Acer, Toshiba ou Samsung.

Toutes les grandes marques se sont mises à Chrome OS – Dell, HP, Lenovo — ce qui participe à relever le niveau qualitatif des matériels et à les diversifier. Il devrait y avoir un peu plus de modèles dans les mois à venir alors que c’était une spécialité du monde Windows.

En face, les iPad n’ont pas de clavier physique et les portables et Mac peuvent être onéreux selon les enveloppes budgétaires accordées. Apple n’est pas hors-jeu mais il lui faut défendre sa spécificité en essayant de faire abstraction du seul critère tarifaire. Lorsque le budget est serré, le choix d’un iPad ou d’un MacBook Air n’a rien d’automatique.

Tim Cook qualifiait en décembre dernier les ordinateurs Google de machines surtout bonnes à passer des examens sous entendu, à faibles capacités créatives et peu douées pour emmener les élèves beaucoup plus loin. Il y a certainement une part de vrai dans cette description mais ce qu’offrent ces Chromebooks ainsi que leurs outils d’administration semblent convenir à de plus de plus de responsables. La compatibilité avec les apps Android, au premier rang desquelles on retrouvera Office, sera un nouvel obstacle pour les concurrents.

iPhone 7 : date de sortie, prix et caractéristiques du smartphone d’Apple :

Aucune date officielle n’a été annoncée. L’iPhone 7 devrait être présenté lors d’une keynote Apple en septembre 2016 avant une sortie quelques jours plus tard.

Le prix du prochain smartphone d’Apple n’a pas encore été dévoilé. Il devrait se situer aux alentours de 750€ pour la version 16 Go.

ll devrait y avoir trois versions de l’iPhone 7 : un iPhone 7 « classique », un iPhone 7 Plus avec un écran plus grand (5,5 pouces) et un modèle très haut de gamme dédié à la photographie nommé iPhone 7 Pro.    Le design de l’iPhone 7 devrait être très proche de celui de l’iPhone 6s. Seule nouveauté à prévoir : la disparition des bandes d’antenne horizontales au dos de l’appareil ainsi qu’un appareil photo sans protubérance.

google-marseille-sserenity-actualité-smartphone-apple-iphone7s

 

 

 

 

 

 

 

 

L’iPhone 7 devrait voir la suppression définitive de la prise jack 3,5mm. Elle sera remplacée par un port Lightning. Cela permettrait de réduire l’épaisseur du smartphone de près d’un millimètre. Les écouteurs actuels ne seraient donc plus compatible. Apple devrait donc proposer sa propre gamme de casques audio optimisés pour iPhone 7.

Une version 256 Go de l’iPhone 7 pourrait voir le jour. Ce serait une première pour un iPhone dont l’espace maximum n’a jamais dépassé les 128 Go. Une augmentation logique avec l’amélioration de la résolution des photos et la possibilité de filmer en 4k.

L’iPhone 7 pourrait embarquer un appareil photo à double capteur. Il serait composé de deux objectifs de 12 mégapixels. Cet APN pourrait cependant être réservé à l’iPhone Plus ou l’iPhone 7 Pro et donc ne pas être présent sur la version standard.

L’écran de l’iPhone 7 pourrait être un AMOLED produit par Samsung. Cela offrirait des couleurs plus fines et un gain d’énergie non négligeable.

Comme l’iPad, l’iPhone 7 serait équipé du Smart Connector. Cette technologie permet de connecter facilement des accessoires, comme un clavier, à l’appareil.

L’iPhone 7 pourrait marquer la disparition du bouton Home. Celui-ci laisserait la place à un bouton tactile sur l’écran du smartphone.

‘iPhone 7 pourrait voir la fin du partenariat entre Apple et Qualcomm pour la fabrication des modems. Apple se tournerait vers Intel et une puce proposant un débit entrant maximum de 450 Mb/s et un débit sortant de 100 Mb/s.

La batterie de l’iPhone 7 pourrait être très proche de celle de l’iPhone 6s. Elle aurait une capacité de 1 735 mAh pour la version classique et de 2 810 mAh pour l’iPhone 7 Plus. L’augmentation de l’autonomie pourrait venir du nouvel iOS 10. Premières photos de l’iPhone 7 : De nombreux photos et schémas fuitent sur internet depuis plusieurs semaines. Il est difficile aujourd’hui de différencier le vrai du faux, mais ces images peuvent permettre de se faire une idée d’à quoi ressemblera l’iPhone 7.

Où l’on se dit que le progrès peut nuire…

Deux colocataires au cours d’une discussion houleuse visant à savoir quel OS était le plus performant sur smartphone, ont commencé par une joute verbale avant de se frapper à coups de tessons de bouteilles. La soirée un peu trop arrosée a terminé dans les couloirs des urgences d’un hôpital…

Chacun fervent défenseur de son système d’exploitation, ils n’ont pas accepté les remarques de l’autre, et la discussion s’est rapidement changée en dispute, puis en bagarre, pour se finir par des tentatives d’homicide.

Heureusement, lors de cette soirée, aucun fan de Windows Phone, de Blackberry OS ou de Cyanogen n’était présent, faute de quoi l’histoire aurait pu finir en bagarre générale !

Les deux hommes sont hors de danger, mais dès leur sortie de l’hôpital ils seront convoqués par la police pour répondre du chef d’inculpation de tentative d’homicide avec un objet mortel.

Et vous plutôt Android ou iOS ?

Après Apple, Swatch lancera sa montre connectée cette année

2015 s’annonce définitivement comme l’année des montres connectées et les horlogers historiques semblent se décider à s’attaquer à ce secteur petit-à-petit. Le suisse Swatch proposera son premier modèle connecté cet été.

La Swatch Touch Zero One sera la première montre de l’horloger suisse à disposer de fonctionnalités connectées. Destinée aux joueurs de volley, les capteurs de la Touch Zero One peuvent relever le nombre de pas et de sauts réalisés, ainsi que les mouvements de bras, et le nombre de fois que les volleyeurs se tapent dans les mains, le tout pour un prix d’environ 130 euros. Une montre destinée à une niche, mais qui ne sera pas la dernière prévue par Swatch, loin de là.

swatch-zero-touch-windows-android-ios-maintenance-domicile-entretien-formation-assistance-sauvegarde

Car le PDG de Swatch Group a communiqué sur ses ambitions en matière de montres connectées et plusieurs autres sorties sont planifiées pour les prochains mois : la Zero Two l’hiver prochain, la Zero Three pour le printemps 2016 et la Zero Four pour les jeux olympiques de Rio.

Mais Swatch ne compte pas se contenter de proposer des montres connectées vraisemblablement destinées aux sportifs. La marque compte également connecter des gammes de montres plus prestigieuses, dont l’Omega. Ici, pas d’écran tactile ou de podomètre prévus, mais une intégration de la technologie NFC, permettant notamment le paiement sans contact. La gamme Swatch, beaucoup plus accessible grâce à ses cadrans en plastique, est également concernée par la démarche.
swatch-zero-touch-windows-android-ios-maintenance-domicile-entretien-formation-assistance-sauvegarde
De là à dire que Swatch compte concurrencer Samsung, LG, Apple et les autres, il y a un pas à ne pas franchir. « Nous n’avons pas vocation à lancer un téléphone portable accroché au poignet » a déclaré Nick Hayek.

Apple a officialisé hier sa Watch

Les différents modèles d’Apple Watch sont officialisés depuis la conférence d’hier (où la firme californienne a également annoncé un MacBook Retina sur lequel on reviendra prochainement)

Un lancement d’une importance capitale pour Apple, car il s’agit de la première nouvelle famille de produits lancée depuis l’iPad et surtout de la première famille de produits introduite par Tim Cook, le Pdg de la firme, depuis la mort de Steve Jobs.

Apple conserve sa position initiale concernant sa Watch : trois modèles déclinés en orientation Sport (aluminium anodisé), Standard (acier inoxydable) et Edition (boîtier or 18 carats). Chacune des déclinaisons existera en deux tailles différentes de boîtiers, en 38 et 42 mm et devra se connecter à un iPhone. Les Standard et Edition profitent également d’un écran plus résistant, en cristal de saphir et chaque Watch dispose d’un dos en céramique avec module de chargement énergétique par induction.

L’écran tactile est en dalle Amoled et résolution « Retina », avec une définition de 340 x 272 px pour le boîtier 38 mm et de 390 x 312 px pour le 42 mm.

apple-watch-marseille-entretien-formation-conseil-assistance-domicile-mdsap-windows-apple-android

Le tactile est équipé de capteurs de pression qui permettent de différencier un effleurement d’une bonne pression du doigt sur l’écran.

La navigation au sein de l’OS de la montre peut aussi bien se faire au toucher que via la petite molette située à droite du boîtier, censée rappeler les remontoirs de l’horlogerie traditionnelle.

Côté capteurs et connectivité, la Watch intègre une puce Apple S1, dérivée de l’A5 qui équipait les iPhone 4S et iPad Mini. Elle est accompagnée d’un accéléromètre, d’un cardio-fréquencemètre et du Bluetooth.
Pour la localisation, c’est le GPS de l’iPhone associé qui fait le travail. D’ailleurs, pour ce dernier, il faudra au minimum un iPhone 5 pour profiter des Watch.

apple-watch-marseille-entretien-formation-conseil-assistance-domicile-mdsap-windows-apple-android

Concernant l’autonomie Apple annonce une tenue de 18h environ pour un usage standard.

Dès septembre dernier, Tim Cook,  avait annoncé que le prix de départ pour acquérir la Watch était de 349 dollars et il concernait le bas de l’échelle, à savoir la Sport et son bracelet silicone. Ce prix ne change pas, mais  se transforme en 399 euros pour la France et il concerne le format 38 mm. Pour une modèle Sport en 42 mm, il faudra débourser 449 €. En version Standard, le boîtier 38 mm passe à 649 €, et à 699 € en 42 mm, toujours avec des bracelets silicone basique. La Edition 38 mm se présentera  au tarif indicatif minimum de… 11 000 € et la 42 mm demandera 2 000 € supplémentaires ! Les trois montres seront disponibles le 24 avril prochain et la vague de pré-commandes sera ouverte dès le 10 avril.

ZANO : 200 € environ pour un beau projet de drone

L’année 2015 devrait poursuivre la tendance amorcée cette année et être riche dans le domaine des drones. Les produits de ce type, jadis réservés aux amateurs éclairés ou au professionnels, se démocratisent et attirent les consommateurs lambda. Le dernier projet en date, c’est le ZANO, un projet Kickstarter de nano drone équipés de nombreuses fonctionnalités qui le rapprochent des drones professionnels.

Tout d’abord, il se distingue par sa petite taille (6,5 x 6,5 cm) et son poids plume (55 grammes) qui le rapprochent du Rolling Spider de Parrot. Il est pilotable via un appareil sous Android ou iOS, avec la connexion Wi-Fi. Il dispose d’un capteur photo de 5 mégapixels pour réaliser des photos ou capturer des vidéos HD (les développeurs évoquent un mode panorama à 180 et 360° par la suite au travers d’une mise à jour).

Le ZANO dispose de fonctionnalités inédites (pour cette gamme de prix cela s’entend). En effet, il peut suivre l’utilisateur de manière autonome. Il suffit d’activer la fonctionnalité et le drone maintiendra automatiquement la distance entre l’utilisateur et lui-même. Grâce à ses capteurs (sonar, pression et infrarouge), il est capable d’éviter lui-même les obstacles. Le microphone permet d’enregistrer l’audio tandis qu’un panneau de LED RGB situé à l’avant sert de flash en environnement peu lumineux. Le capteur photo est stabilisé (stabilisation numérique) pour les photos et la vidéo.

Un petit bémol tout de même à ce joli tableau : l’autonomie. Elle est relativement réduite : entre 10 et 15 minutes (selon la force du vent). A titre de comparaison c’est mieux que les 6 à 8 minutes du Rolling Spider mais encore un peu loin des 30 minutes d’autonomie de certains drones de DJI.

La portée annoncée est de 15 à 30 mètres, en fonction du smartphone et de la puissance du Wi-Fi.

Le prix de l’appareil sera de 170 livres soit environ 215 euros, au mois de juin 2015. A noter que le projet à quasiment bouclé son budget à l’heure où j’écris cet article (1 million levé sur les 1.25 nécessaires).

Page 1 of 2