Windows 10 Redstone : ce que l’on sait :

Microsoft livre une nouvelle bêta de la version Anniversaire de Windows 10. Elle vient corriger plusieurs bugs liés aux fonctionnalités introduites à l’occasion de cette nouvelle version (comme Windows Ink). Elle introduit, aussi, un nouvel outil de réinstallation flambant neuf. Il permet de réinstaller entièrement l’OS, sans conserver ni données ni applications installées. Il supprimera y compris les logiciels de support et pilotes matériels ajoutés par les constructeurs de PC, dans l’optique de revenir à une configuration 100% maitrisée par Microsoft – notamment en termes de sécurité.

Après la diffusion d’une première mise à jour de Windows 10 en novembre, Microsoft met désormais le cap sur la prochaine évolution majeure de son OS. Nom de code : Redstone. Elle a été officiellement baptisée Windows 10 Anniversary Update  car son lancement doit intervenir cet été, un an après la sortie de la première version de Windows 10. Encore non-officielle, sa date de sortie pourrait même être planifiée le 29 juillet, soit pile le jour de la date du première anniversaire de l’OS.

Les premières bêtas de cette édition Anniversaire ont commencé à être poussées par Microsoft début 2016. Elles introduisent plusieurs évolutions.

Plusieurs nouveautés concernent Cortana. Leur point commun : améliorer l’habileté de l’assistant vocal personnel à s’intégrer et se synchroniser sur les différents terminaux de l’utilisateur (PC, tablette, smartphone…). Elles ciblent des besoins très concrets : géolocaliser son smartphone perdu depuis son PC, se voir notifier sur sa tablette que son téléphone a besoin d’être rechargé, ou encore transmettre sur son mobile les résultats d’une recherche cartographique réalisée sur ordinateur, en vue d’un déplacement. Dans un autre registre, l’assistant est désormais accessible sans avoir à déverrouiller le terminal.

Disponible en français, Cortana prend par ailleurs depuis peu en charge la traduction instantanée de texte (l’anglais, le français, l’allemand, l’italien et l’espagnol sont supportés).

Autre évolution : un enrichissement des possibilités du centre de notifications. Son interface de configuration permet de prioriser finement les flux d’alertes application par application. Trois niveaux de hiérarchisation sont proposés : normal, haut, ou prioritaire. Une évolution qui concerne d’ailleurs à la fois Windows 10 et Windows 10 Mobile (la déclinaison de l’OS pour smartphone). Le centre de notifications est aussi mieux intégré au reste de l’OS. Les alertes qu’il fait remonter apparaissent par exemple en surimpression des icônes d’apps ouvertes dans la barre de tâches. Elles peuvent être aussi plus riches graphiquement et notamment intégrer des images (photos de compte Skype, pictogrammes d’article de presse…). Enfin, elles pourront être aussi bien provenir d’applications installées, que de sites web (via le navigateur Edge).

Côté mobilité, la mise à jour Anniversaire inaugure une synchronisation des notifications sur l’ensemble des terminaux de l’utilisateur (smartphone, tablette et PC). Notifications d’application, SMS, appels téléphoniques… Tous les types d’alerte sont concernés, leur suppression sur l’un des appareils étant répercutée sur les autres. C’est l’assistant Cortana qui se charge de gérer ces passerelles. En cohérence avec cette vision d’un environnement de communication mieux intégré entre fixes et mobiles, l’Anniversary Update propose, aussi, une fonction (baptisée Messaging Everywhere) conçue pour gérer, depuis son PC, la réception et l’envoi de SMS sur son smartphone.

Côté application, Microsoft en profite pour intégrer une toute nouvelle app Skype, optimisée pour Windows 10. Elle est taillée à la fois pour la déclinaison de l’OS pour PC et tablette, ainsi que son édition pour smartphone. A travers cette nouvelle application, l’objectif de Microsoft est d’améliorer la « continuité d’expérience » entre les différents terminaux Windows 10 en termes de communication audio et vidéo.

La version Anniversaire de Windows 10 introduit un petit outil de prise de note manuscrite, baptisé Windows Ink. Il vient se nicher à droite du bureau Windows aux côtés des gestionnaires Wifi et de notifications. « Windows Ink vous permet d’écrire avec un stylet sur votre écran tactile comme vous le feriez sur une feuille de papier, créer des petites notes, dessiner sur un tableau blanc ou encore annoter un document, une page web ou une image. Vous pourrez ainsi partager vos idées de manière dématérialisée », explique-t-on chez Microsoft. Windows Ink s’intègre à l’app cartographique Maps, à Office et au navigateur Edge. Les éditeurs auront également la possibilité de l’incorporer à leur propre logiciel.

Dans le menu Démarrer, les partenaires constructeur de Microsoft vont avoir la possibilité de faire apparaitre jusqu’à 10 tuiles pointant vers des applications, et non plus 5 comme cela est le cas jusqu’ici (avec deux menant vers des logiciels préinstallés sur la machine et trois vers le Windows Store). A l’inverse, Microsoft prévoit de réduire le nombre de tuiles statiques de 17 à 12.

Au sein de la mise à jour Anniversaire, le menu Démarrer fait aussi l’objet de modifications plus profondes. La liste de « toutes les applications » apparait désormais directement (sans nécessiter de cliquer sur une icône) aux côtés des applications « les plus utilisées ». Le gestionnaire d’alimentation, l’explorateur de fichiers, et les paramètres sont intégrés, eux, à gauche du menu, dans la barre de tâches initialement dédiée exclusivement à Cortana. Quant à la liste des apps récemment ajoutées, elle peut faire apparaître trois applications, et plus seulement une. Pratique, l’ajout de dossiers dans le menu est également paramétrable.

Avec la future Anniversary Update, Microsoft entend par ailleurs donner la possibilité d’utiliser les fonctionnalités d’authentification biométrique de Windows Hello au sein de sites web ou d’applications. Côté sites web, l’utilisation du navigateur Edge sera nécessaire pour bénéficier de cette possibilité (Windows Hello gère à la fois la reconnaissance d’empreintes digitales, d’iris ou faciale, pour peu que le terminal utilisé soit équipé des capteurs biométriques correspondants).

Un Windows unique pour tous les terminaux. Telle était la promesse initiale de Windows 10. Derrière cette ambition se cache la volonté de rendre portables d’un appareil Windows à l’autre les applications Windows de nouvelle génération, un peu comme si elles étaient universelles (d’où le nom qui leur a été donné : Universal Application Apps). Avec la Windows 10 Anniversary Update, Microsoft vient parachever cette vision. C’est en effet la première version majeure de Windows 10 qui sera déclinée aussi bien pour PC et tablettes, qu’objets connectés (via Windows 10 IoT), et smartphones (avec Windows 10 Mobile – qui est désormais disponible en version finale). La Windows 10 Anniversary Update étend par ailleurs la prise en charge des apps Windows universelles (UWP) à la console de jeux Xbox.

En cohérence avec cette stratégie d’unification, Microsoft a par ailleurs confirmé que la Anniversary Update sera dotée d’une boutique d’applications Windows unique pour toutes les déclinaisons de l’OS.

Windows Redstone introduit des passerelles pour d’autres OS visant à rendre le Windows Store encore plus universel. L’objectif est d’aboutir à une boutique qui, aux côtés des apps modernes de Windows 10, puisse regrouper d’autres types d’application : des apps iOS (projet de portage Islandwood), web (projetWestminster) ou desktop (projet Centennial). Pour parvenir à cette vision, Microsoft va livrer aux éditeurs des outils pour convertir leurs développements sous forme d’apps Windows 10 modernes. Initialement évoquées comme cible de cette démarche, les apps Android ont finalement été écartées (lire l’article : Microsoft abandonne l’idée de porter les apps Android sur Windows 10).

Autre élément au programme de la version Anniversaire de Windows 10 : la prise en charge des extensions par le navigateur Edge. Un site a été mis en ligne pour présenter les premières extensions Edge en bêta. L’une d’entre elles est conçue pour optimiser la version en ligne d’Office 365 pour le navigateur de Microsoft. Elle est d’ailleurs baptisée Office Online. On relève également des extensions Edge proposées par d’autres acteurs (notamment Reddit,  Pinterest, AdBlock et LastPass pour la gestion des mots de passe). D’autres partenaires du groupe informatique américain devraient prochainement rejoindre ce programme (Amazon et Evernote sont évoqués). A termes, les extensions Edge seront disponibles au travers du Windows Store.

En vue de faciliter le travail des éditeurs, Microsoft a par ailleurs déjà précisé que les extensions développées pour Firefox et Chrome pourraient être portées sous Edge moyennant quelques petites modifications.

Windows 10 fera apparaitre des améliorations plus cosmétiques notamment en termes de personnalisation du thème graphique ou encore autour de la gestion Continuum (l’adaptateur Miracast n’est plus nécessaire pour transformer un smartphone en PC par exemple). La gestion de bureaux virtuels est aussi optimisée, avec désormais la possibilité « d’épingler » une application ouverte pour qu’elle apparaisse sur l’ensemble des desktops créés.

iPhone 7, beaucoup de bruit pour pas grand-chose :

Apple va dévoiler en septembre prochain sa nouvelle génération de smartphone. Ce soit disant iPhone 7 est la cible d’un impressionnant « raz de marée » de spéculations cependant il semble qu’au final, il n’y aura pas grand-chose de nouveau.

Depuis quelques semaines, des sources familières autour des plans d’Apple évoquent que l’iPhone 7 ne proposera pas de révolution mais seulement de petits changements face à son ainé, l’iPhone 6s.

Un nouveau rapport va dans la même direction. Il faut même s’attendre à une mise à jour mineure.

Il est expliqué qu’Apple n’envisage pas de transformer son smartphone. La firme vise uniquement des mises à jour mineures avec le lancement de l’iPhone 7. Le smartphone devrait proposer des dimensions identiques à celles de l’iPhone 6s avec une gamme composée de deux versions où un écran de 4,7 et 5,5 pouces serait présent.

Un trait semble tiré sur une version Pro, dont nous parlions dans cette actualité, iPhone 7, 7 Plus et iPhone 7 Pro, la production serait lancée ?

Il y aurait tout de même quelques changements avec une suppression de la prise audio au profit d’une exploitation de la prise Lightning au travers d’un adaptateur. Cette disparation de la prise audio permettrait au géant de revoir à la baisse l’épaisseur de son smartphone. Certains espèrent qu’Apple profitera de l’occasion pour rendre son engin plus résistant à l’eau et à la poussière.

A part cela, rien de bien nouveau. Le rapport mentionne que ce retrait du connecteur audio (qui risque dans un premier temps d’être qu’une contrainte pour les fans d’Apple)  serait le plus grand changement prévu avec l’iPhone 7. Il n’y a aucune mention sur la possibilité d’une double caméra sur le modèle Plus.

Si ce rapport est exact, cela va-t-il suffire pour croire le PDG d’Apple, Tim Cook ? L’homme a annoncé en mai dernier « les Prochains iPhone, impossible de vivre sans » ?

OnePlus 3, le smartphone haut de gamme à prix mini :

Encore peu connue du grand public, la marque chinoise OnePlus signe un appareil joli et très puissant. Le tout pour un tarif bien inférieur à celui de la concurrence.

Le Samsung Galaxy Note 7 aurait un scanner d’iris :

Le prochain Galaxy Note pourrait bien intégrer un scanner d’iris. Une première chez Samsung, du côté des smartphones au moins.

L’écart s’est considérablement réduit entre les gammes S et Note à l’arrivée du Galaxy S6 Edge+ et le Galaxy S7 Edge n’a fait qu’enfoncer le clou avec son écran de 5,5 pouces. L’un des principaux arguments de vente des Note, la taille, s’est évanouï. Evidemment, il reste toujours le stylet mais, compte tenu de l’écart de prix habituel, pas sûr que cela suffise à convaincre les acheteurs. Il faudrait donc de nouveaux arguments et Samsung en aurait au moins trouvé un : le scanner d’iris.

Voilà déjà plusieurs mois que les rumeurs annoncent qu’un tel composant serait intégré au prochain Galaxy Note, à savoir le Galaxy Note 7 et non 6, et le lancement de la Galaxy Tab frissonnait presque comme une confirmation mais nous en avons désormais une vraie. Non, elle ne vient pas de Samsung mais d’une autre firme Coréenne. Elle s’appelle Patron et produit des modules photo, dont celui qui ferait office de scanner d’iris sur la nouvelle phablette haut de gamme du Coréen.

La commande aurait été passée il y a plusieurs mois déjà mais l’information vient seulement de filtrer. La source ajoute que Patron serait même le seul fournisseur pour ce composant et que nous devrions le retrouver à côté de la webcam au-dessus de l’écran. Nous sommes curieux de savoir s’il remplacera le lecteur d’empreinte ou s’il sera conservé. Ce qui est sûr, c’est qu’il offre une meilleure protection. Reste à espérer que l’utilisation est aussi simple.

Dans tous les cas, ce sera sans doute une addition intéressante aux yeux des professionnels qui travaillent dans la confidentialité. Samsung ferait donc d’une pierre deux coups en différenciant les Note des S tout en réaffirmant le positionnement professionnel un peu perdu au fil des années pour les premiers malgré les fonctions liées au stylet, même si le reste de l’équipement rappellera sans doute beaucoup les Galaxy S7.

Apple : iOS 10 se dévoile en 10 nouveautés :

Apple a profité de sa conférence WWDC 2016 pour dévoiler iOS 10, la prochaine version de son système d’exploitation destiné à son iPhone. Et il l’a fait en 10 nouveautés majeures.

Apple s’est décidé à modifier un peu le design et l’ergonomie de son écran de verrouillage qui peut désormais s’allumer simplement en levant le smartphone. Les notifications s’enrichissent également et 3D Touch permet par exemple d’obtenir plus de détails sur une notification, et de répondre directement depuis l’écran de verrouillage à un message.

Siri, l’équivalent de Google Now sous Android, est certainement le point d’orgue de cette présentation puisque Apple annonce l’ouverture de son assistant personnel aux développeurs tiers. Cela signifie qu’il sera possible d’utiliser Siri à l’intérieur d’autres applications à l’avenir. La firme de Cupertino a d’ores et déjà annoncé la compatibilité de Slack, WhatsApp, WeChat, Runkeeper, MapMyRun, Skype, Runtastic, ou encore Uber.

Quicktype, c’est une fonction de deep learning basée sur Siri qui va permettre de rendre le clavier de l’iPhone plus intelligent. Comme le montre Apple en exemple, si quelqu’un vous demande votre localisation par SMS, l’iPhone sera en mesure de vous proposer directement de tapoter sur « localisation actuelle » pour envoyer une map à votre correspondant. Pratique.

Cette nouveauté n’est toutefois pas sans nous rappeler l’évolution de Google Now évoquée lors de la Google I/0 2016, avec un assistant vocal soucieux de montrer comme il apprend de son propriétaire.

Même combat chez Photos, qui se développe à peu près au même rythme que Google Photos du côté d’Android. Apple promet une amélioration de l’intelligence de l’application, qui va intégrer la reconnaissance des visages, des objets, des animaux, ou des lieux. L’application créée des albums en fonction d’évènements, et mise beaucoup sur la présentation et l’ergonomie dans l’app (chose que Google a bien du mal à faire).

Apple s’est aussi attardé sur une fonctionnalité de création automatique de courtes vidéos, qui n’est pas sans nous rappeler le très bon Adobe Premiere Clip. Comme sur cette application, la fonction automatisée créé automatiquement une courte vidéo en sélectionnant les séquences jugées importantes, et adapte le rythme en fonction de la musique. Amusant.

De gros changements sont aussi annoncés du côté de l’application Plans, qui va bénéficier de nouvelles fonctionnalités proactives pour faciliter la vie de l’utilisateur en lui proposant certaines actions selon l’heure et le lieu. Il va être possible de réserver un restaurant depuis Maps par exemple, mais aussi d’y commander le Uber qui vous y emmènera. À noter que l’interface a été retravaillée, et propose plus d’informations ainsi que le trafic du trajet.

Apple Music, qui a réussi à convaincre 15 millions d’utilisateurs payants, a droit à une petite refonte de l’interface un an après son lancement. De quoi la rendre plus pratique et plus jolie, mais sans la changer radicalement. On note que les paroles des chansons seront désormais disponibles lors de l’écoute.

Apple a présenté l’application Home, basée sur HomeKit, qui permet de gérer plus facilement vos appareils connectés depuis votre iPhone.

L’application téléphone intègre deux nouvelles fonctionnalités particulièrement intéressantes. La première, c’est la transcription écrite des messages vocaux, ce qui vous permettra de les lire discrètement en réunion par exemple. La seconde, c’est l’intégration de WhatsApp à iOS avec une icône dédiée dans les fiches contacts et la possibilité de passer un appel VOIP depuis ces dernières.

On aura bien du mal à faire un topo complet sur Apple News, puisque l’application n’existe pas en France, mais Apple promet là aussi une refonte du design, comme pour Apple Music. L’app délivrera aussi des notifications « breaking news ».

Avec la prochaine application message, il sera possible d’envoyer des « liens riches ». Des liens YouTube, Apple Music ou Safari envoyés ou reçus sur Messages pourront être visionnés sans avoir à quitter l’application.

Apple veut aussi faire de la « prédiction d’emojis » et lorsque vous taperez sur certains mots dans un message en cours de rédaction, ils seront transformés en emojis (waouh !). Et des emojis trois fois plus gros en plus. En fait ce que veut Apple, c’est que Messages soit plus fun, un peu comme Snapchat ou Facebook Messenger. On imagine qu’il ne faudra pas longtemps pour qu’il soit possible d’envoyer des GIF, des autocollants…

Pour cela, cette application messages s’ouvre également aux développeurs tiers. Reste à voir ce qu’ils en feront pour y intégrer de nouvelles fonctionnalités. Apple a déjà montré un aperçu de son App store dédié aux iMessages où il sera possible de lancer des mini applications qui proposeront l’envoi de stickers, par exemple, voir même de passer des commandes et d’envoyer de l’argent, à la WeChat.

Avec iOS 10, Apple espère sûrement faire de l’ombre à Google avec l’arrivée d’Android N prévue pour cet automne.

Accès à Internet : vers une hausse des prix ? Pas forcément :

Difficile à l’heure actuelle de trouver autre chose que des offres Triple play intégrant télévision, téléphonie et Internet chez les grands opérateurs, des services souvent facturés plein pot qui permettent aux FAI ( Fournisseur d’Accès Internet ) de maintenir un prix d’entrée relativement élevé malgré l’amortissement des investissements initiaux.
Et les choses devraient continuer dans ce sens à en croire les déclarations de Stéphane Richard à l’occasion de l’arrivée prochaine de la nouvelle Livebox dont les tarifs sont de nouveau révisés à la hausse.

Pourtant, il existe certaines astuces pour bénéficier d’une connexion à Internet à petit prix ou à tarif réduit. Certains sites se sont ainsi spécialisés dans ces bons plans et combines permettant de disposer d’un accès à internet pas cher avec au menu une comparaison des offres, l’option des clés internet, les hotspots publics ( WiFi publique )  et des FAI, le partage de connexion mobile, l’utilisation des associations, l’internet social ou encore l’internet à l’étranger.

Outre les offres débutant à 15€ chez certains grands FAI comme SFR, une des astuces les plus répandues est ainsi de se renseigner pour disposer d’une connexion sans location de modem et en investissant dans son propre matériel.

En marge des hotspots publics et de ceux des FAI, il existe également des abonnements sociaux réservés à certains bénéficiaires. Certains réseaux WiFi publics sont également accessibles gratuitement car financés par la publicité, c’est notamment le cas dans le métro de Paris.

En misant sur le bon forfait de téléphone, on peut également réaliser des économies et disposer d’un accès à Internet à moindres frais, grâce au partage de connexion. C’est le cas par exemple de l’abonnement de Free Mobile à 19,99 euros qui permet d’accéder à Internet en 4G dans la limite de 50 Go de téléchargement.

Apple prépare une refonte majeure de son App Store :

La firme veut désormais privilégier la tarification par abonnement plutôt que par paiement unique. Ce sera plus avantageux pour les développeurs, mais pas forcément pour les utilisateurs.

Apple et Microsoft battus à plate couture par Google et ses Chromebook sur le domaine du scolaire :

Les ventes d’Apple en milieu scolaire aux États-Unis continuent de reculer alors que les Chromebooks et Chrome OS confirment à l’inverse leur popularité. Ne sont prises en compte que les ventes de portables et de tablettes, pas celles des ordinateurs de bureau.

Durant le premier trimestre 2016, sur les 2 millions d’unités vendues, Chrome OS s’est accaparé 51 % du lot. Cela en fait le système le plus populaire dans ce secteur. Les portables Windows suivent avec 25 %, puis iOS avec 17 %, Mac OS X avec 4 % et les tablettes Android ferment le ban avec 2 %.

Parmi ces plate-formes, il n’y a que celles d’Apple qui ont connu une baisse comparé à 2015, constate l’étude. Celle-ci précise néanmoins que l’on entre dans la période de l’année où se font majoritairement les achats et où les fabricants vont se disputer les bonnes places. On devrait assister à une bataille entre des portables Windows qui n’ont cessé de baisser en prix pour mieux se positionner et les Chromebooks.

Cet attrait pour les Chromebooks reste une particularité américaine, 90 % des ventes sont faites dans ce pays. Au plan international, Windows demeure le principal OS dans les écoles avec 46 % de part de marché sur ce trimestre tandis que Chrome OS continue sa lente ascension avec 24 %. iOS est à 14 % et Mac OS X à 4 %.

Chaque marque y est allé de sa solution ces derniers temps pour se rendre plus attractif auprès de ce public. iOS s’est doté d’une fonction multi-utilisateurs pour les écoles et Apple a acheté LearnSprout ( logiciel proposant des outils permettant d’analyser les notes et les moyennes dans un établissement scolaire ) ; Chrome OS saura gérer à l’automne les apps Android et pourra les exécuter hors-ligne ; Microsoft a lancé un Office 365 adapté à un usage en classe.

Dans le cas d’Apple, la concurrence provient de portables à claviers physiques qui coûtent quelques centaines de dollars à peine. Et puis les Chromebooks ne riment plus uniquement avec Asus, Acer, Toshiba ou Samsung.

Toutes les grandes marques se sont mises à Chrome OS – Dell, HP, Lenovo — ce qui participe à relever le niveau qualitatif des matériels et à les diversifier. Il devrait y avoir un peu plus de modèles dans les mois à venir alors que c’était une spécialité du monde Windows.

En face, les iPad n’ont pas de clavier physique et les portables et Mac peuvent être onéreux selon les enveloppes budgétaires accordées. Apple n’est pas hors-jeu mais il lui faut défendre sa spécificité en essayant de faire abstraction du seul critère tarifaire. Lorsque le budget est serré, le choix d’un iPad ou d’un MacBook Air n’a rien d’automatique.

Tim Cook qualifiait en décembre dernier les ordinateurs Google de machines surtout bonnes à passer des examens sous entendu, à faibles capacités créatives et peu douées pour emmener les élèves beaucoup plus loin. Il y a certainement une part de vrai dans cette description mais ce qu’offrent ces Chromebooks ainsi que leurs outils d’administration semblent convenir à de plus de plus de responsables. La compatibilité avec les apps Android, au premier rang desquelles on retrouvera Office, sera un nouvel obstacle pour les concurrents.

iPhone 7 : date de sortie, prix et caractéristiques du smartphone d’Apple :

Aucune date officielle n’a été annoncée. L’iPhone 7 devrait être présenté lors d’une keynote Apple en septembre 2016 avant une sortie quelques jours plus tard.

Le prix du prochain smartphone d’Apple n’a pas encore été dévoilé. Il devrait se situer aux alentours de 750€ pour la version 16 Go.

ll devrait y avoir trois versions de l’iPhone 7 : un iPhone 7 « classique », un iPhone 7 Plus avec un écran plus grand (5,5 pouces) et un modèle très haut de gamme dédié à la photographie nommé iPhone 7 Pro.    Le design de l’iPhone 7 devrait être très proche de celui de l’iPhone 6s. Seule nouveauté à prévoir : la disparition des bandes d’antenne horizontales au dos de l’appareil ainsi qu’un appareil photo sans protubérance.

google-marseille-sserenity-actualité-smartphone-apple-iphone7s

 

 

 

 

 

 

 

 

L’iPhone 7 devrait voir la suppression définitive de la prise jack 3,5mm. Elle sera remplacée par un port Lightning. Cela permettrait de réduire l’épaisseur du smartphone de près d’un millimètre. Les écouteurs actuels ne seraient donc plus compatible. Apple devrait donc proposer sa propre gamme de casques audio optimisés pour iPhone 7.

Une version 256 Go de l’iPhone 7 pourrait voir le jour. Ce serait une première pour un iPhone dont l’espace maximum n’a jamais dépassé les 128 Go. Une augmentation logique avec l’amélioration de la résolution des photos et la possibilité de filmer en 4k.

L’iPhone 7 pourrait embarquer un appareil photo à double capteur. Il serait composé de deux objectifs de 12 mégapixels. Cet APN pourrait cependant être réservé à l’iPhone Plus ou l’iPhone 7 Pro et donc ne pas être présent sur la version standard.

L’écran de l’iPhone 7 pourrait être un AMOLED produit par Samsung. Cela offrirait des couleurs plus fines et un gain d’énergie non négligeable.

Comme l’iPad, l’iPhone 7 serait équipé du Smart Connector. Cette technologie permet de connecter facilement des accessoires, comme un clavier, à l’appareil.

L’iPhone 7 pourrait marquer la disparition du bouton Home. Celui-ci laisserait la place à un bouton tactile sur l’écran du smartphone.

‘iPhone 7 pourrait voir la fin du partenariat entre Apple et Qualcomm pour la fabrication des modems. Apple se tournerait vers Intel et une puce proposant un débit entrant maximum de 450 Mb/s et un débit sortant de 100 Mb/s.

La batterie de l’iPhone 7 pourrait être très proche de celle de l’iPhone 6s. Elle aurait une capacité de 1 735 mAh pour la version classique et de 2 810 mAh pour l’iPhone 7 Plus. L’augmentation de l’autonomie pourrait venir du nouvel iOS 10. Premières photos de l’iPhone 7 : De nombreux photos et schémas fuitent sur internet depuis plusieurs semaines. Il est difficile aujourd’hui de différencier le vrai du faux, mais ces images peuvent permettre de se faire une idée d’à quoi ressemblera l’iPhone 7.

Projet Google Ara : le smartphone sur mesure :

Ara, le prototype de téléphone en kit de Google, a bien avancé depuis le début de son développement.On finissait pas se demander s’il était mort et enterré. La firme de Moutain View annonce qu’il devrait être commercialisé en 2017.

Le téléphone en kit de Google est en train de se concrétiser. Après trois longue années de développement et plusieurs échecs, le projet Ara ne semble plus être un rêve fou et devrait être commercialisé l’année prochaine.

Ara est un smartphone ultra personnalisable. L’utilisateur peut en effet améliorer les performances du téléphone en y ajoutant des blocs interchangeables à clipser sur l’objet. Ainsi, il est possible d’en améliorer l’autonomie avec une batterie supplémentaire, ou d’une meilleure capacité, d’augmenter la qualité du son ou de la prise de vue en intégrant des haut-parleurs ou une meilleure lentille.

Autrement dit, le principe d’Ara ressemble à celui des legos qu’il faut assembler pour construire un objet. Avec cette innovation, le centre de recherches avancées de la firme de Moutain View (ATAP) devrait modifier en profondeur le secteur du smartphone.

google-marseille-sserenity-actualité-smartphone-ara-informatique Projet ARA.

Le smartphone est évidemment conçu pour fonctionner avec l’intelligence artificielle développée par le géant de la tech. Lors de la Google I/O, Rafa Camargo, le directeur du projet Ara, a réalisé une démonstration très applaudie. Au cours de celle-ci, il a tout simplement demandé à l’IA ( Intelligence Artificiel ) d’éjecter l’appareil photo, avec succès.

Ara met à disposition six emplacements dans lesquels il est possible d’ajouter un module. En plus d’améliorer les performances du téléphone, Google a également pour objectif de permettre aux utilisateurs de ne pas changer de smartphone dès qu’un élément ne fonctionne plus correctement. L’élément défectueux peut désormais être facilement remplacé. La firme de Moutain View pense pouvoir allonger la durée de vie des appareils de six ans supplémentaires.

L’amélioration de l’autonomie, du son, de l’image et de la mémoire n’est pas le seul axe vers lequel se tourne Google. Divers services peuvent être ajoutés, en fonction des besoins des utilisateurs. En effet, pour les personnes diabétiques par exemple, Google ATAP envisage la possibilité d’intégrer un capteur de glucose pour surveiller la glycémie.

L’équipe derrière Ara est convaincue que plusieurs entreprises tierces pourront fabriquer des modules supplémentaires comme un porte-clé sans fil pour la voiture, une bombe lacrymogène au poivre ou encore un éthylotest.

Mais le projet n’est plus aussi ambitieux que prévu. Ara a de quoi provoquer l’émerveillement. Pourtant, le projet n’est pas aussi poussé qu’il devait l’être à la base. Google ATAP a effectivement revu ses ambitions initiales à la baisse. À la base, absolument tous les composants devait être modifiables. Cela aurait permis aux férus d’informatique de choisir chaque élément, même au cœur du smartphone.

« Pendant nos recherches, nous nous sommes rendus compte que la majorité des utilisateurs ne sont pas intéressés par la possibilité de modifier les fonctions de base. Ils veulent simplement qu’elles marchent correctement », explique Rafa Camargo. Il n’est donc pas possible de changer des pièces centrales, comme le processeur.

Ara reste tout de même hautement personnalisable. Tellement personnalisable qu’il est même possible de ne pas s’en servir comme d’un téléphone. Rafa Camargo affirme ainsi que dans son laboratoire, certaines configurations d’Ara n’ont plus rien à voir avec un téléphone et ne permettent même pas de passer un coup de fil.

Libre à vous d’imaginer ce que vous ferez avec votre appareil Ara dès l’année prochaine.

Page 1 of 3