Apple et Microsoft battus à plate couture par Google et ses Chromebook sur le domaine du scolaire :

Les ventes d’Apple en milieu scolaire aux États-Unis continuent de reculer alors que les Chromebooks et Chrome OS confirment à l’inverse leur popularité. Ne sont prises en compte que les ventes de portables et de tablettes, pas celles des ordinateurs de bureau.

Durant le premier trimestre 2016, sur les 2 millions d’unités vendues, Chrome OS s’est accaparé 51 % du lot. Cela en fait le système le plus populaire dans ce secteur. Les portables Windows suivent avec 25 %, puis iOS avec 17 %, Mac OS X avec 4 % et les tablettes Android ferment le ban avec 2 %.

Parmi ces plate-formes, il n’y a que celles d’Apple qui ont connu une baisse comparé à 2015, constate l’étude. Celle-ci précise néanmoins que l’on entre dans la période de l’année où se font majoritairement les achats et où les fabricants vont se disputer les bonnes places. On devrait assister à une bataille entre des portables Windows qui n’ont cessé de baisser en prix pour mieux se positionner et les Chromebooks.

Cet attrait pour les Chromebooks reste une particularité américaine, 90 % des ventes sont faites dans ce pays. Au plan international, Windows demeure le principal OS dans les écoles avec 46 % de part de marché sur ce trimestre tandis que Chrome OS continue sa lente ascension avec 24 %. iOS est à 14 % et Mac OS X à 4 %.

Chaque marque y est allé de sa solution ces derniers temps pour se rendre plus attractif auprès de ce public. iOS s’est doté d’une fonction multi-utilisateurs pour les écoles et Apple a acheté LearnSprout ( logiciel proposant des outils permettant d’analyser les notes et les moyennes dans un établissement scolaire ) ; Chrome OS saura gérer à l’automne les apps Android et pourra les exécuter hors-ligne ; Microsoft a lancé un Office 365 adapté à un usage en classe.

Dans le cas d’Apple, la concurrence provient de portables à claviers physiques qui coûtent quelques centaines de dollars à peine. Et puis les Chromebooks ne riment plus uniquement avec Asus, Acer, Toshiba ou Samsung.

Toutes les grandes marques se sont mises à Chrome OS – Dell, HP, Lenovo — ce qui participe à relever le niveau qualitatif des matériels et à les diversifier. Il devrait y avoir un peu plus de modèles dans les mois à venir alors que c’était une spécialité du monde Windows.

En face, les iPad n’ont pas de clavier physique et les portables et Mac peuvent être onéreux selon les enveloppes budgétaires accordées. Apple n’est pas hors-jeu mais il lui faut défendre sa spécificité en essayant de faire abstraction du seul critère tarifaire. Lorsque le budget est serré, le choix d’un iPad ou d’un MacBook Air n’a rien d’automatique.

Tim Cook qualifiait en décembre dernier les ordinateurs Google de machines surtout bonnes à passer des examens sous entendu, à faibles capacités créatives et peu douées pour emmener les élèves beaucoup plus loin. Il y a certainement une part de vrai dans cette description mais ce qu’offrent ces Chromebooks ainsi que leurs outils d’administration semblent convenir à de plus de plus de responsables. La compatibilité avec les apps Android, au premier rang desquelles on retrouvera Office, sera un nouvel obstacle pour les concurrents.

Laisser un commentaire